petitef

Elle est partie en pleurs. Juste un peu bousculée car depuis le matin elle ne voulait  pas s'habiller.

Je suis allée la chercher à peine 20 minutes plus tard. Elle avait encore les yeux rouges et éternuait m'a t on dit , et elle se plaint d être fatiguee insiste t on. J ai bien précisé qu'elle était victime des allergies et qu'une fois que le sirop ferait effet, il n'en paraitrait rien . Oui mais elle éternue. Reégle d'or. On remballe son enfant.

Et comme je le savais, 10 minutes plus tard, Suzette avouait doucement mais certainement ; je veux pas y aller Je veux aller à l 'Ecole. Le mot était laché. Elle avait bien appuyé sur le bouton et moi mes nerfs étaient déjà roses...

Une drole de journée un peu en eaux troubles s'en est donc suivie.

Elle ici, forcement le rythme n'est plus le même et il a fallu composer...tout en faisant bien comprendre qu'on ne m y reprendrait à deux fois ; tu joues seule...tes amis eux sont à la garderie...certes cela a tenu un peu mais elle a du verbe cette petite voyez vous, et au 19083 énième mais...pourquoi...j'ai laché mon clavier et oublié mes listes pour me retrouver à jouer à GO Fish ...

Je n'avais pas prévu de lunch et pour cause alors on a mangé des sand-vish-poulet ; mais pourquoi faut manger le poulet ?

Puis le calin à doudou fut efficace et la maison alors a retouvé son calme et moi mes toutes petites affaires...qui forcément aujourd'hui elles ne se sont pas mises dans le sens où elles auraient dues être.Et mes nerfs ont du lacher prises

On respire. et puis on pense a lui qui fête sa nouvelle décenie, son sourire, sa gentillesse éternelle, ses combats et sa vie dont on connait surtout celle de sa famille si unie, cette force qu il a su insuffler a son clan , la vitalité et la vie qu'on embrasse quoiqu il vous arrive. Avec tendresse je lis ses mots qui font echos aux miens du matin parce que je n 'ai pu l 'embrasser cet été mais que je pense fort à lui ; que je ne serai pas avec le reste de la famille pour lever haut ma coupe...et quelques minutes plus tard j'apprends la naissance de ce petit M. de l'autre coté du pont, là où il fait beau et chaud toute l année, un petit M. qui m'a ému sous son petit bonnet de naissance commun à tous les enfants nés dans ce pays. Un tout petit si joli

La princesse réveillée elle découvre l'image de ce petit M. Et pour la première fois elle m interroge sur la maternité. Comment il est venu? par ou il est passé ?Est ce qu il avait peur ? parce que elle dans mon ventre c était tout noir et elle avait un peu peur...j avais pas mis de petite lumière.

Et moi avec un sourire et un pincement qui fait a-outche , je lui reponds tu n'étais pas dans mon ventre mais dans le ventre de T et quand tu es arrivée la lumiere était partout.

Dans ma tete et dans mon coeur je sais que je dois trouver les mots simples et vrais ; ceux qui n'ont pas de double sens. Lui dire ta mére biologique a t il du sens...alors je dis son prénom , et la maman qui t'avait au chaud dans son ventre parce que maman ne peut pas avoir de bébés dans son ventre à elle.

J'ai cru un moment que sa curiosité n'était pas comblée; elle est où T ?

C est la première tout première fois qu'elle demande /Tu veux que je te la montre ?m entends je repondre

Oui mais d abord on goute... j ai faim.

Un prince englouti plus tard,  la page a été tournée. On est passé à un autre sujet et je n ai pas sorti l album photo.  Le chapitre loin d être clos, je le sais. Mais Je me souviendrais longtemps de cette journée où je connais deux êtres que 80 ans et 2 continents séparent, mais qui tous deux me ramenent à ma fille et son existence, à la vie.Et ma petite feuille à moi, qui grandit .